Berlinventures

15 juin 2016

L'Élève du Philosophe, D.P. Prior

cover225x225

J'ai découvert cet auteur de fantasy il y a peu et je suis fan ! Je viens de finir L'Élève du Philosophe, le premier livre de la série Les Origines de Shader. Cette série de deux nouvelles introduit la série plus longue Shader dont le premier livre devrait sortir en français à la rentrée. De quoi se mettre en appétit donc en attendant la suite.

Mais tout d'abord le résumé de la boutique Amazon :

Deacon Shader est un enfant hors du temps, enlevé bébé à ses parents de l'ancien monde et élevé sur l'île de Maranore.

Le jour de ses sept ans, le philosophe Aristodeus arrive pour commencer l'entraînement du garçon sur deux plans : épée et esprit. Seule l'excellence est acceptable si Deacon doit remplir son destin et empêcher le déliement de toute chose.

Mais alors qu'Aristodeus le pousse au-delà de ses limites, des pilleurs approchant la côte sont repérés et un nuage d'horreur descend sur le village.

Car ce ne sont pas des pirates ordinaires : ils voguent sous la bannière de l'Homme Empalé, le sinistre pavillon de la Vérusia, la terre des morts-vivants et le royaume du Seigneur Liche.

Tout comme Le Septième Cheval, le livre n'est disponible qu'en version électronique. C'est assez court et il se lit très bien, toujours le même style agréable. On découvre donc comment tout a commencé, on en apprend un peu plus sur Shader et ses origines (d'où le titre de la série). On se pose également beaucoup de questions sur ce monde où évolue notre héros, sur ces Anciens, l'histoire soulève de nombreuses questions qui, je l'espère, seront peut-être éclaircies dans la suite.

En tout cas, c'est un aller simple pour un monde fantastique, des personnages profonds et attachants se dévoilent, on sourit, on rit, on pleure et on a peur avec eux. Tout est là pour donner envie de découvrir la suite de l'histoire.

Posté par La Berlinoise à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 juin 2016

Fleur de Sel, Berlin

fleurdesel (2)

Fleur de Sel est un café-restaurant de Prenzlauer Berg situé entre Eberswalder Straße et Mauer Park. Je suis passée devant assez souvent, mais ce n'est que la semaine dernière que je m'y suis enfin posée avec une amie pour un dîner estival en terrasse. L'accueil est assez sympa, j'ai vu l'intérieur qui a l'air confortable, bel espace extérieur aussi.

La carte est assez succinte (le petit-déjeuner et le brunch ont l'air super), mais il y a en plus une ardoise avec des plats qui changent régulièrement. Nous avons pris une planche fromage/charcuterie pour 2, sur le menu, ils écrivent à partager... ou pas. Alors, en apéro ou en entrée, oui, mais sans autres plats derrière, c'est plutôt ou pas. Nous sommes restées un peu sur notre faim. Du coup, on a pris un petit snack, j'ai failli prendre la quiche lorraine, mais ils la font avec du fromage ! Blasphème ! Du coup, j'ai pris un croque-monsieur. Mon amie a pris une tartine au chèvre, un peu radins sur le fromage selon elle. Cela dit, c'était très bon.

C'est un petit restaurant très sympa, avec de bonnes choses, juste peut-être des prix un peu hauts par rapport aux quantités.

 

fleurdesel (1)

fleurdesel (3) fleurdesel (4)

Posté par La Berlinoise à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juin 2016

Le Septième Cheval, D.P. Prior

12400667_10209515077460616_196783361614155312_n

Pour les amateurs de fantasy, je peux chaudement recommander ce court roman de D.P. Prior, Le Septième Cheval. Il n'est cependant disponible qu'en version électronique.

Le résumé, tiré de la boutique Amazon :

Pendant des siècles, la Vérusia, une tache au cœur de l'empire du Templum, est restée silencieuse.

Mais quand un messager arrive dans la ville sainte d'Aeterna, apportant la nouvelle que les forteresses le long de la frontière ont mystérieusement été abandonnées et que les trois cents hommes de la garnison de Trajinot ont été empalés à l'extérieur des remparts de la ville, il paraît clair que le Seigneur Liche a repris du service.

Alors qu'une armée de morts attend, abritée par les arbres noirs de la Schwarzwald, le Templum réunit ses troupes pour partir en guerre.

Le Capitaine Deacon Shader mène le Septième Cheval, une troupe de cavalerie lourde qui tend à être vue comme obsolète. Leur devise : une charge, une chance. Si le moment est bien choisi, le cours de toute bataille peut être renversé, mais si l'on se trompe, tout pourrait être vite fini.

Quand les deux forces s'affrontent devant les murs de Trajinot, ce ne sont pas seulement des hordes de morts-vivants que le Templum doit affronter. Une terreur tangible empoisonne l'air, faisant sombrer des soldats chevronnés dans la panique.

Seuls les chevaliers des Élus ont la discipline nécessaire pour ne pas flancher, même si affronter une peur ne signifie pas qu'elle ne vous blessera pas. Et pour Shader, il y a des choses bien pires que les blessures physiques.

C'est le deuxième livre de la série Les Origines de Shader qui sert d'introduction à la série Shader. Le premier livre vient juste de sortir en VF (je vous en parle très bientôt), mais cela ne pertube pas trop la compréhension de l'histoire de lire le deuxième avant le premier. Une histoire palpitante, un personnage attachant, d'horribles monstres,... Une bonne recette en somme, d'autant plus que le style de l'auteur est très agréable, il nous plonge directement dans la guerre entre les Élus et les créatures du Seigneur Liche.

Posté par La Berlinoise à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juin 2016

Les Rivières Pourpres, Jean-Christophe Grangé

IMG_20160524_143022[1]

J'ai récemment lu le célèbre roman de Grangé, Les Rivières Pourpres, je n'ai jamais vu le film non plus, c'était donc une belle découverte, j'aime beaucoup cet auteur. Avant tout, le résumé d'Amazon:

Pierre Niémans, un commissaire aux méthodes musclées, est envoyé à Guernon, ville universitaire de l'Isère, pour élucider un meurtre atroce : un homme a été découvert nu, mutilé, coincé dans une paroi rocheuse en position foetale. Qui est l'auteur de cette mise en scène macabre ? Parallèlement, dans sa commune du Lot, le jeune lieutenant Karim Abdouf a de quoi s'occuper : l'école primaire a été visitée et le tombeau d'un enfant profané. Au départ bien distinctes et à des lieux l'une de l'autre, les deux enquêtes vont se recouper étrangement pour n'en faire qu'une, à la trame aussi hallucinante que terrifiante.

Encore une œuvre palpitante de Jean-Christophe Grangé, on a du mal à poser le livre, beaucoup de suspense, une belle écriture, une intrigue bien ficelée et hallucinante, je ne m'attendais absolument pas à ce dénouement, j'avais à peine deviné la moitié du mystère. Certaines scènes sont un peu dures, ce qui rend d'une certaine façon l'histoire encore plus accrochante. J'adore vraiment le style de cet auteur qui sait bien mettre en scène son histoire et faire trembler ses lecteurs.

Posté par La Berlinoise à 22:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 juin 2016

Neta, snack mexicain à Berlin

Neta (3)

Dans la recherche d'un bon mexicain dans la capitale allemande, j'ai découvert récemment Neta près de Rosenthaler Platz à Mitte. C'est un petit snack sympa au style épuré avec un personnel très cordial.

La formule est simple : on choisit une base (burrito, quesadilla, taco,...) et on ajoute la garniture et la sauce, plus ou moins forte. J'ai pris une quesadilla au poulet avec une sauce douce, très très bon. L'amie avec qui j'étais a pris un bol burrito (donc comme un burrito mais sans galette, dans un bol) avec une sauce forte, elle n'a pas trouvé ça assez fort et a pris une sauce super forte, j'en ai pris une pointe et j'ai senti ma langue et ma gorge prendre feu... Mais en tout cas elle a beaucoup aimé aussi. La margarita maison est aussi pas mal du tout. En plus, pas trop cher. Bonne petite adresse.

 

Neta (1) Neta (2)

Posté par La Berlinoise à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 juin 2016

Warcraft : Le Commencement

509284

La semaine dernière le film adapté du célèbre jeu vidéo sortait en Allemagne. C'est un classique mais je n'y ai jamais joué, étonnant de par mon métier, mais voilà. Un ami a gagné des places pour l'avant-première le jeudi matin à 00h01, en version allemande du coup et on était sûrement les seuls non-joueurs dans la salle. Mais avant tout, le synopsis d'Allociné :

Le pacifique royaume d'Azeroth est au bord de la guerre alors que sa civilisation doit faire face à une redoutable race d’envahisseurs: des guerriers Orcs fuyant leur monde moribond pour en coloniser un autre. Alors qu’un portail s’ouvre pour connecter les deux mondes, une armée fait face à la destruction et l'autre à l'extinction. De côtés opposés, deux héros vont s’affronter et décider du sort de leur famille, de leur peuple et de leur patrie.

Alors, que dire... Si on joue au jeu, peut-être que le film paraît génial, mais sinon... bof... Techniquement, très bien fait, les effets spéciaux, les décors et les monstres, du bon boulot. Mais l'histoire... On ne comprend pas tout, il y a des zones d'ombre, on sait pas trop où ils veulent en venir. Il y a moins de combats épiques que je pensais, ça tire parfois en longueur, je pense m'être assoupie quelques minutes. Bref, contente de ne pas avoir payé. En plus de ça, certains passages ont fait rire une bonne partie de la salle, avec mon pote on s'est demandé pourquoi... sûrement lié à quelque chose en jeu.

Posté par La Berlinoise à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2016

Le Saint Pierre, Metz

stpierre (1)

Le jour de mon arrivée à Metz pour un petit séjour en Lorraine, je suis allée déjeuner en famille au Saint Pierre, une brasserie au Sablon, pas très loin de la gare. C'est un bar qui propose une jolie carte pour le déjeuner avec un plat de jour qui change, ben tous les jours comme son nom l'indique. L'accueil est excellent, le personnel très sympa et le cadre agréable. Une bonne ambiance bon-enfant.

En entrée, on a pris un carpaccio de bœuf à partager, un délice. J'ai ensuite pris le burger maison, avec le steak haché cuit saignant comme demandé, très bon, les frites aussi. A priori la poire de bœuf était aussi très bonne et le risotto de la mer pas trop mal. Après une petite assiette de fromage, j'ai pris la mousse au chocolat +/- avec une boule de glace fait chocolat, tout fait maison, délicieux. Les prix sont raisonnables, de quoi se faire un bon déjeuner sans se ruiner.

stpierre (2) stpierre (3)

Posté par La Berlinoise à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2016

Agüevo, mexicain à Friedrischain

aguevo (1)

Il y a peu, je suis allée tester Agüevo, un mexicain de Friedrischain près de Boxhagener Platz, j'en avais souvent entendu parler avec des avis très mitigés, certains adorent, d'autres détestent, donc je me devais de me faire mon propre avis.

L'accueil est très bien, le personnel est très sympa, en arrivant des nachos et sauces rouge et verte nous attendaient sur la table. La margarita est excellente ! J'ai pris des quesadillas au boeuf frites, pas mauvaises, un peu fades cela dit pour du mexicain. De l'avis de tous, il n'y a rien d'exceptionnel, c'est bon mais rien de spécial non plus. Par contre, je trouve les tarifs un peu élevés. Alors s'y arrêter quand on est dans le coin, oui, pourquoi pas, mais se déplacer juste pour y manger, bof, non, je ne referai pas.

aguevo (2) aguevo (3)

Posté par La Berlinoise à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2016

La Huitième Couleur, Terry Pratchet

IMG_5322

Après avoir tant entendu parler de cet auteur, grand nom de la fantasy, j'ai décidé de me lancer, j'ai donc commencé par le commencement avec le premier livre du Disque-Monde La Huitième Couleur.

4e de couverture volée chez Amazon :

Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde en forme de disque est juché sur le dos de quatre éléphants, eux-mêmes posés sur une tortue.
À Ankh-Morpork, l'une des villes du Disque-Monde, les habitants croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l'air tellement inoffensif, avec son Bagage de bois magique circulant sur une myriade de petites jambes... Tellement inoffensif que le Praticien a chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la guilde des voleurs et celle des assassins.
Car Deuxfleurs appartient à l'espèce la plus redoutable qui soit : c'est un touriste...

Je l'ai lu en VO et mon avis est mitigé, d'un côté le fond de l'histoire est vraiment sympa, une idée géniale, très loufoque, avec de l'aventure, du suspense, ce côté là me plaît bien. Mais le style, hum, j'ai un peu plus de mal, j'ai dû relire certaines phrases plusieurs fois car la ponctuation farfelue ne permettait pas une première lecture claire, certaines phrases tirent en longueur, ça part dans tous les sens, un peu chaotique par moment. Du coup je m'interroge, vais-je lire la suite ? Je ne sais pas encore, je songe même à tenter les traductions, la française, voir même l'allemande. Affaire à suivre...

Posté par La Berlinoise à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2016

Le Provençal, dîner à la française sur les bords de Spree

provencal (1)

Il y a quelque temps j'ai arpenté la toile pour voir s'il n'y avait pas d'autres restaurants français à tester, je suis tombée sur Le Provençal, situé en bord de Spree dans le Nikolai Viertel, à quelques minutes à pied d'Alexander Platz. Les critiques étaient positives dans l'ensemble alors je suis allée voir le menu, et que vois-je dans les desserts ? Des profiteroles ! Youhou ! En cinq ans et demi à Berlin je désespérais de n'avoir pas encore trouvé de restaurant en proposant, bon ben du coup j'ai réservé.

Le cadre est agréable, le personnel est sympathique, même si j'ai failli me retrouver avec un morceau de bœuf trop cuit (en allemand, pour saignant, ils utilisent en général le mot anglais rare et les R anglais, je galère, et le serveur ne parlait pas français, il a d'abord compris well-done, bien cuit, du coup je me suis assurée de répéter plusieurs fois pour bien me faire comprendre).

En entrée, j'ai pris un foie gras maison, très bon mais je me suis rendue compte après coup que j'aurais dû avoir du pain de mie grillé avec, mais moi je l'ai eu sans... En plat principal, un délicieux filet de bœuf bien tendre (et saignant !) avec sauce au poivre et patates rôties, superbe. En dessert, bien sûr les profiteroles, ah quel bonheur ! C'est pas les meilleures que j'ai mangées, mais pas mauvaises.

Tout le monde avait l'air satisfait de ses plats, d'après ce que j'ai vu sur la carte, ils ne mettent pas de fromage dans la quiche lorraine, ce qui est un bon point, mais celui qui l'a prise et à qui j'ai demandé s'il y en avait était incapable de dire s'il y avait du fromage ou pas dedans... 

Donc les plats sont assez bons, mais quand même je trouve que c'est un peu cher, cela dit pour un quartier touristique, ce n'était pas trop décevant. Petite anecdote, dans les toilettes il y a une affiche en trois langues, et le français a des fautes dedans, notamment une de grammaire, pas top pour un restaurant français. :-D

 

provencal (2) provencal (3)

provencal (4) provencal (5)

 

provencal (9) provencal (10)

provencal (6)

Posté par La Berlinoise à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]