Berlinventures

28 mai 2016

Le Saint Pierre, Metz

stpierre (1)

Le jour de mon arrivée à Metz pour un petit séjour en Lorraine, je suis allée déjeuner en famille au Saint Pierre, une brasserie au Sablon, pas très loin de la gare. C'est un bar qui propose une jolie carte pour le déjeuner avec un plat de jour qui change, ben tous les jours comme son nom l'indique. L'accueil est excellent, le personnel très sympa et le cadre agréable. Une bonne ambiance bon-enfant.

En entrée, on a pris un carpaccio de bœuf à partager, un délice. J'ai ensuite pris le burger maison, avec le steak haché cuit saignant comme demandé, très bon, les frites aussi. A priori la poire de bœuf était aussi très bonne et le risotto de la mer pas trop mal. Après une petite assiette de fromage, j'ai pris la mousse au chocolat +/- avec une boule de glace fait chocolat, tout fait maison, délicieux. Les prix sont raisonnables, de quoi se faire un bon déjeuner sans se ruiner.

stpierre (2) stpierre (3)

Posté par La Berlinoise à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 mai 2016

Agüevo, mexicain à Friedrischain

aguevo (1)

Il y a peu, je suis allée tester Agüevo, un mexicain de Friedrischain près de Boxhagener Platz, j'en avais souvent entendu parler avec des avis très mitigés, certains adorent, d'autres détestent, donc je me devais de me faire mon propre avis.

L'accueil est très bien, le personnel est très sympa, en arrivant des nachos et sauces rouge et verte nous attendaient sur la table. La margarita est excellente ! J'ai pris des quesadillas au boeuf frites, pas mauvaises, un peu fades cela dit pour du mexicain. De l'avis de tous, il n'y a rien d'exceptionnel, c'est bon mais rien de spécial non plus. Par contre, je trouve les tarifs un peu élevés. Alors s'y arrêter quand on est dans le coin, oui, pourquoi pas, mais se déplacer juste pour y manger, bof, non, je ne referai pas.

aguevo (2) aguevo (3)

Posté par La Berlinoise à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2016

La Huitième Couleur, Terry Pratchet

IMG_5322

Après avoir tant entendu parler de cet auteur, grand nom de la fantasy, j'ai décidé de me lancer, j'ai donc commencé par le commencement avec le premier livre du Disque-Monde La Huitième Couleur.

4e de couverture volée chez Amazon :

Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde en forme de disque est juché sur le dos de quatre éléphants, eux-mêmes posés sur une tortue.
À Ankh-Morpork, l'une des villes du Disque-Monde, les habitants croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l'air tellement inoffensif, avec son Bagage de bois magique circulant sur une myriade de petites jambes... Tellement inoffensif que le Praticien a chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la guilde des voleurs et celle des assassins.
Car Deuxfleurs appartient à l'espèce la plus redoutable qui soit : c'est un touriste...

Je l'ai lu en VO et mon avis est mitigé, d'un côté le fond de l'histoire est vraiment sympa, une idée géniale, très loufoque, avec de l'aventure, du suspense, ce côté là me plaît bien. Mais le style, hum, j'ai un peu plus de mal, j'ai dû relire certaines phrases plusieurs fois car la ponctuation farfelue ne permettait pas une première lecture claire, certaines phrases tirent en longueur, ça part dans tous les sens, un peu chaotique par moment. Du coup je m'interroge, vais-je lire la suite ? Je ne sais pas encore, je songe même à tenter les traductions, la française, voir même l'allemande. Affaire à suivre...

Posté par La Berlinoise à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2016

Le Provençal, dîner à la française sur les bords de Spree

provencal (1)

Il y a quelque temps j'ai arpenté la toile pour voir s'il n'y avait pas d'autres restaurants français à tester, je suis tombée sur Le Provençal, situé en bord de Spree dans le Nikolai Viertel, à quelques minutes à pied d'Alexander Platz. Les critiques étaient positives dans l'ensemble alors je suis allée voir le menu, et que vois-je dans les desserts ? Des profiteroles ! Youhou ! En cinq ans et demi à Berlin je désespérais de n'avoir pas encore trouvé de restaurant en proposant, bon ben du coup j'ai réservé.

Le cadre est agréable, le personnel est sympathique, même si j'ai failli me retrouver avec un morceau de bœuf trop cuit (en allemand, pour saignant, ils utilisent en général le mot anglais rare et les R anglais, je galère, et le serveur ne parlait pas français, il a d'abord compris well-done, bien cuit, du coup je me suis assurée de répéter plusieurs fois pour bien me faire comprendre).

En entrée, j'ai pris un foie gras maison, très bon mais je me suis rendue compte après coup que j'aurais dû avoir du pain de mie grillé avec, mais moi je l'ai eu sans... En plat principal, un délicieux filet de bœuf bien tendre (et saignant !) avec sauce au poivre et patates rôties, superbe. En dessert, bien sûr les profiteroles, ah quel bonheur ! C'est pas les meilleures que j'ai mangées, mais pas mauvaises.

Tout le monde avait l'air satisfait de ses plats, d'après ce que j'ai vu sur la carte, ils ne mettent pas de fromage dans la quiche lorraine, ce qui est un bon point, mais celui qui l'a prise et à qui j'ai demandé s'il y en avait était incapable de dire s'il y avait du fromage ou pas dedans... 

Donc les plats sont assez bons, mais quand même je trouve que c'est un peu cher, cela dit pour un quartier touristique, ce n'était pas trop décevant. Petite anecdote, dans les toilettes il y a une affiche en trois langues, et le français a des fautes dedans, notamment une de grammaire, pas top pour un restaurant français. :-D

 

provencal (2) provencal (3)

provencal (4) provencal (5)

 

provencal (9) provencal (10)

provencal (6)

Posté par La Berlinoise à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2016

Célibataire, mode d'emploi

how-to-be-single-poster

Cette semaine, une amie a réussi à me convaincre d'aller voir un « film de filles », ça arrive pas souvent... La bande-annonce était marrante, on pensait que c'était plus fait sous un angle ironique qu'avec les habituels clichés. Avant de vous livrer mon avis, le synopsis d'Allo Ciné :

Il y a toutes sortes de manières de vivre en célibataire. Il y a ceux qui s'y prennent bien, ceux qui s'y prennent mal… Et puis, il y a Alice. Robin. Lucy. Meg. Tom. David... À New York, on ne compte plus les âmes en peine à la recherche du partenaire idéal, que ce soit pour une histoire d'amour, un plan drague… ou un mélange des deux ! Entre les flirts par SMS et les aventures d'une nuit, ces réfractaires au mariage ont tous un point commun : le besoin de redécouvrir le sens du mot célibataire dans un monde où l'amour est en constante mutation. Un vent de libertinage souffle de nouveau sur la ville qui ne dort jamais !

Alors certes il y a beaucoup d'humour, personnellement j'ai adoré Robin, elle est hilarante. Mais y'a, à mon goût, encore trop de mélo, de clichés à deux balles et de bonne morale. Bref, j'aurais pu m'en passer, sympa à regarder si ça passe à la télé, mais pas plus. Heureusement qu'il y avait assez de gags pour relever le niveau. Bref, celles (oui les mecs je pense pas trop sans être sexiste) qui aiment le genre devraient apprécier, mais si comme moi on a du mal avec ces films, vaut mieux passer son chemin.

 

 

Posté par La Berlinoise à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 avril 2016

Le Septième Cheval, D.P. Prior

12400667_10209515077460616_196783361614155312_n

Pour les amateurs de fantasy, je peux chaudement recommander ce court roman de D.P. Prior, Le Septième Cheval. Il n'est disponible pour le moment uniquement en version électronique, mais peut-être bientôt en version papier également.

Le résumé, tiré de la boutique iTunes :

Pendant des siècles, la Vérusia, une tache au cœur de l'empire du Templum, est restée silencieuse.

Mais quand un messager arrive dans la ville sainte d'Aeterna, apportant la nouvelle que les forteresses le long de la frontière ont mystérieusement été abandonnées et que les trois cents hommes de la garnison de Trajinot ont été empalés à l'extérieur des remparts de la ville, il paraît clair que le Seigneur Liche a repris du service.

Alors qu'une armée de morts attend, abritée par les arbres noirs de la Schwarzwald, le Templum réunit ses troupes pour partir en guerre.

Le Capitaine Deacon Shader mène le Septième Cheval, une troupe de cavalerie lourde qui tend à être vue comme obsolète. Leur devise : une charge, une chance. Si le moment est bien choisi, le cours de toute bataille peut être renversé, mais si l'on se trompe, tout pourrait être vite fini.

Quand les deux forces s'affrontent devant les murs de Trajinot, ce ne sont pas seulement des hordes de morts-vivants que le Templum doit affronter. Une terreur tangible empoisonne l'air, faisant sombrer des soldats chevronnés dans la panique.

Seuls les chevaliers des Élus ont la discipline nécessaire pour ne pas flancher, même si affronter une peur ne signifie pas qu'elle ne vous blessera pas. Et pour Shader, il y a des choses bien pires que les blessures physiques.

C'est le deuxième livre de la série Les Origines de Shader qui sert d'introduction à la série Shader. Le premier livre n'est pas encore disponible en VF (d'après mes sources il faudra attendre 1 ou 2 mois), mais cela ne pertube pas trop la compréhension de l'histoire de lire le deuxième avant le premier. Une histoire palpitante, un personnage attachant, d'horribles monstres,... Une bonne recette en somme, d'autant plus que le style de l'auteur est très agréable, il nous plonge directement dans la guerre entre les Élus et les créatures du Seigneur Liche.

Posté par La Berlinoise à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2016

Mon 1er match de foot

IMG_5287

Ceux qui me connaissent seront sûrement étonnés d'apprendre que je suis volontairement allée voir un match de foot, et même que j'ai payé pour. Un ami a pu avoir des places pas trop chères pour le match Allemagne vs Angleterre au Stade Olympique de Berlin samedi soir et m'a convaincue de l'accompagner.

Certes je ne suis pas fan de ce sport, mais je me suis dit, pourquoi pas, c'est peut-être différent en direct, je ne suis jamais allée à l'Olympia Stadium qui est un monument historique également, voir comment est l'amosphère, ça pourrait être une expérience intéressante.

Et ce fut intéressant. Le stade est assez impressionnant, l'ambiance était excellente et apparemment, malgré la défaite de l'Allemagne, c'était un bon match d'après mon accompagnateur. Je n'y connais rien personnellement. J'ai tenté de chanter l'hymne nationale allemande avec le reste de la foule, mais au bout de deux lignes, fini, les paroles étaient diffusées sur le grand écran à côté de moi mais j'étais trop près pour lire... À plusieurs reprises, les supporters ont entonné un chant qu'on entend souvent dans les stades : « Levez-vous si vous êtes [équipe] ! » Genre, « Levez-vous si vous êtes un Eisbär ! » Là, c'était « Levez-vous si vous êtes allemands ! » Forcément, supportant l'Allemagne, je me suis levée, et mon pote allemand qui me dit en rigolant, non, non, reste assise, t'es pas allemande... Certes, pas encore, mais je suis allemande de cœur ! :-) 

En tout cas c'était une belle expérience, très intéressant, bon je ne retournerai pas avant très longtemps voir un match de foot, mais c'était pas si terrible !

>>PHOTOS<<

Posté par La Berlinoise à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2016

Polynesia, Jean-Pierre Bonnefoy

IMG_5281

En récupérant des livres dans le grenier de mes parents, je suis retombée sur un livre que j'ai dû acheter peu de temps avant de partir pour Berlin, et je me suis rendu compte qu'il s'agissait en fait du tome 2 d'une trilogie, j'ai donc acheté le 1 et le 3 et je me suis plongée dans l'univers de Polynesia, signé Jean-Pierre Bonnefoy. Dans l'ordre : Les Mystères du Temps, L'Invasion des Formes et Le Pouvoir des Signes.

Voici le résumé trouvé sur le site de la trilogie :

Dans Polynesia, la symbiose entre les mythes polynésiens et les expérimentations des hommes du futur plonge le lecteur dans une quête passionnante aussi bien de l’île rêvée que des formes et des signes fondateurs des Marquises et de l’île de Pâques. Dans chaque tome, trois époques considérablement éloignées dans le temps se cherchent et s’entrecroisent :

  • le passé rude des anciens Polynésiens à la conquête du grand Océan,
  • le présent schizophrène d’Alpha et de son compagnon naviguant sur le Pacifique,
  • le futur du 51-ième siècle égaré dans les immensités galactiques et sa terrifiante emprise technologique.

Ces trois époques finissent par se fondre, pour chacun des livres, en une seule et même histoire.

L'histoire est fascinante ! Un mélange de réalité et de science-fiction palpitant. Le style de l'auteur est agréable à lire. Par contre, attention, ce n'est pas à mettre entre toutes les mains, surtout les plus jeunes, il y a des scènes de sexe très explicites, bizarres, voir dérangeantes. Également des scènes de violence et de viol assez dures, je pense que ce pourrait être une bonne idée de le préciser sur la couverture, car cela pourrait choquer les plus sensibles et les plus jeunes. Mais sinon, l'histoire est bien ficelée et on est vite plongé dans cette folle aventure qui se déroule aux quatre coins du temps et de l'univers.

Posté par La Berlinoise à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2016

Zootopie

zootopia-movie-poster

Mardi après-midi, j'ai décidé de me faire une petite toile en solo et suis allée voir le dernier Disney, Zootopie.

Synopsis d'Allo Ciné :

Zootopie est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia ! Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque …

J'ai vraiment passé un bon moment, c'est drôle, avec bien sûr des moments dramatiques, des moments presque angoissants, j'ai même sursauté dans mon siège à un moment... Aussi une belle métaphore pour dire qu'on peut vivre ensemble malgré nos différences et qu'il faut aller au-delà des clichés. Vraiment un beau film d'animation. Et j'ai adoré les paresseux !

 

 

Posté par La Berlinoise à 09:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 mars 2016

Renger Patzsch, Berlin

patzsch (4)

Ce week-end je suis allée tester un restaurant allemand aux accents alsaciens : Renger Patzsch. J'y suis allée sur les recommandations d'une amie. Il se situe à Schöneberg, dans une petite rue non loin d'U Eisenacher Straße. L'endroit est très agréable et le personnel très sympathique.

Le menu est très alléchant, j'ai longuement hésité entre choucroute, magret de canard sur lit de risotto et tarte flambée gratinée. Au final, j'ai opté pour la Flammkuchen qui était très bonne, le seule problème c'était qu'elle était découpée en carrés, ce qui rendait les choses difficiles, car j'ai respecté la tradition en n'utilisant pas mes couverts, une découpe en bandes serait mieux. En dessert, j'ai pris une mousse au chocolat bien bonne. Une amie a pris le magret, elle a adoré, je pouvais voir à sa couleur bien rosée que la cuisson semblait parfaite. Un autre ami a pris la choucroute et a également aimé. Tout le monde était satisfait. Une bien belle adresse en somme.

 

 

patzsch (1) patzsch (3)

patzsch (5) patzsch (6)

patzsch (7)

Posté par La Berlinoise à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]